Accès client        Carrières        Contactez-nous       support Scriba

Tout changer d’un coup, remplacer les ordinateurs par tiers, par cinquième… Comment choisir la meilleure stratégie de renouvellement de son parc informatique ? Le point sur les critères à prendre en compte.

Plus d’un directeur informatique sur deux renouvelle son parc informatique tous les trois ans, selon une enquête du cabinet Spiceworks.

Pourquoi cette durée est-elle privilégiée par les entreprises ?

« La plupart des garanties constructeurs ne vont pas au-delà de trois ans. En effet, passé ce délai, il devient difficile de mettre à jour les outils avec un matériel dépassé. D’autant que trouver les pièces détachées devient de plus en plus ardu au fil du temps », précise Thierry Robert, directeur d’agence chez Scriba.

Garantie ou pas garantie ?

Êtes-vous prêt à bloquer vos collaborateurs pendant près d’une semaine à cause d’un ordinateur en panne ? C’est un peu le risque encouru lorsque la garantie du matériel informatique de votre entreprise est dépassée. En effet, pendant la période de garantie, le constructeur vous fournit les pièces à remplacer sous 24 heures. Hors garantie, il faut parfois attendre plus d’une semaine. « Garder un matériel informatique hors garantie peut se révéler très risqué pour une entreprise. La fin de la garantie constructeur constitue le premier critère à prendre en compte pour envisager de renouveler son parc informatique. Objectif ? Ne pas attendre que les problèmes surviennent pour changer les postes de travail », détaille Thierry Robert.


Considérer l’écosystème des outils

Deuxième risque à garder un matériel vieillissant : prolonger le fossé technologique entre les outils logiciels et les matériels. Comment disposer de la suite Office à jour avec un PC sous Windows 7 ? Comment bénéficier d’un outil de comptabilité moderne et performant avec un matériel de plus de quatre ans ? Comment éviter les cyberattaques avec un ordinateur sous Windows XP dont les mises à jour de sécurité ne sont plus assurées ?

« Concrètement, l’enjeu concerne aussi bien les grandes entreprises que les TPE. Par exemple, les mises à jour de Windows surviennent tous les deux ans en moyenne. Or, ces évolutions accumulées ont un poids qui ralentit la machine. Et c’est sans parler des problèmes de compatibilité », prévient Thierry Robert. L’évolution des outils et des systèmes d’exploitation oblige donc les entreprises à renouveler régulièrement leur parc informatique.

Homogénéiser le parc informatique

Pour ce travail de rafraîchissement indispensable du parc informatique, plusieurs stratégies existent : « Les entreprises choisissent de changer le matériel d’un bloc, par tiers voire par cinquième. Ce choix dépend principalement de la stratégie de financement. Mais il faut garder un critère en tête : l’homogénéité du parc. Difficile, en effet, d’administrer un parc informatique au sein duquel les écarts technologiques entre les postes varient trop fortement », explique l’expert.

À besoins différents, rythme de renouvellement différent ?

Autre question à se poser : les différents besoins des collaborateurs induisent-ils des rythmes de renouvellement spécifiques ? « Un PC portable ou une tablette hybride a tendance à vivre moins longtemps puisque ce type de matériel subit des changements de températures, d’environnements, des chocs, etc. Toutefois, si l’on a bien adapté et dimensionné son parc informatique aux usages de chaque collaborateur dès le début, le renouvellement peut se faire sur un rythme homogène », analyse Thierry Robert. Reste ensuite à régler un autre défi : « Le recyclage du parc informatique est souvent la cinquième roue du carrosse. Pourtant, des solutions existent : renvoyer – à ses frais – le matériel au constructeur, se faire racheter les équipements par un broker, les offrir à une association ou encore les confier à un prestataire dans le cadre d’une offre globale comme le propose Scriba. L’avantage ? Tout est pris en charge par le prestataire », conclut l’expert.

b5d5a0e2a597a5acb5c30608aed13be8cccccccccccccccccccccccccccccccc