skip to Main Content
Accès client        Carrières        Contactez-nous       support Scriba

Tout le monde en parle mais comment aborder concrètement le télétravail lorsque l’on est une PME ? Législation, technologies, organisation, management… petit guide des bonnes pratiques pour se lancer.

6 000 euros d’économie par an et par salarié. Les gains attendus du télétravail, selon l’étude du média américain Meritalk, sont plus que tangibles. Réduction des dépenses immobilières, de la consommation des ressources informatiques et de l’énergie, réduction des déplacements… Les raisons de ces économies sont de plusieurs ordres mais, une fois que l’on est convaincu, comment se lancer dans le grand bain du télétravail ?

Quel cadre juridique pour le télétravail des PME ?

« Dans les faits, les entreprises n’ont pas l’obligation d’adopter le télétravail mais elles doivent, lorsqu’elles l’adoptent, en définir les contours dans un accord cadre et dans des  avenants au contrat de travail des salariés », précise Karine Richard Herreyre, responsable RH chez Scriba. Salariés et entreprise doivent se mettre d’accord sur :

  • la durée de la période d’essai (à la libre appréciation des parties),
  • l’indemnisation (si elle a lieu d’être),
  • la prise en charge du matériel,
  • les modalités de compte-rendu et d’évaluation de la charge de travail du salarié,
  • éventuellement les plages horaires auxquelles le salarié peut être contacté.

Reste un point crucial, selon Karine Richard Herreyre : « Le télétravail ne doit pas être imposé. Selon moi, il est fondamental que cette initiative vienne du collaborateur lui-même de manière à ce que cela se passe dans un cadre de confiance réciproque. Ensuite, charge à l’entreprise de s’assurer des motivations du salarié pour être certain que le télétravail ne soit pas une simple phase de quelques mois », précise l’experte.

Quels outils pour télétravailler ?

Un constat partagé par Didier Comet, directeur général de Scriba : « Le télétravail doit être considéré sur le long terme. Il s’agit d’une nouvelle organisation, de nouveaux outils et de nouvelles méthodes de collaboration : un projet à 360 degrés pour l’entreprise », analyse le spécialiste. C’est que, comme le passage à la mobilité, le télétravail demande une large transformation des outils informatiques.

Pour cela, les entreprises ont le choix : soit elles déploient un VPN (réseau virtuel privé) pour sécuriser les connexions, soit elles optent pour des briques cloud comme Office 365, plus faciles à installer et tout autant sécurisées. « Dans les faits, la mise en place de ces nouveaux outils est plutôt simple. Le vrai travail est à mener en amont sur l’organisation et les objectifs du télétravail. L’erreur serait ici de se lancer dans une telle démarche uniquement parce que le concept est à la mode », prévient Didier Comet.

Quelle organisation pour s’engager sereinement vers le télétravail ?

Concrètement, comment revoir l’organisation de son entreprise ? « La première étape consiste à établir une charte du télétravail qui liste les bonnes pratiques de collaboration entre managers et salariés : quand puis-je contacter un collaborateur ? Comment organisons-nous les réunions ? Comment partageons-nous les informations, etc. ? Par la suite, il est primordial d’accompagner les managers qui peuvent se sentir perdus face à cette nouvelle organisation du travail. Cela passe par des ateliers, des entretiens ou des formations, par exemple. Une démarche assez simple en somme mais qu’il ne faut pas précipiter », conclut Karine Richard Herreyre.

keobiz.fr

56932eea8fddfcb6c238e73ac34cd9c3<<<<<<<< Back To Top